samedi 24 mai 2008

Quand le patriarche nous laisse...

au bord du chemin, à seulement 64 ans...

Après une longue et pénible maladie, comme le dit la pudeur... Après avoir lutté contre un putain de cancer, trois longues années, comme le veut la vérité...
Il laisse une femme, trois enfants, quatre petits-enfants, un petit beau-enfant, une crevette dans le ventre de ma belle-soeur et tant de choses que nous ne pourrons partager avec lui.

Il a rejoint les fleurs auxquelles il a consacrées toute sa vie, pour lesquelles il a sacrifié les bonheurs quotidiens parce que le travail, l'adversité et la volonté de tenir bon malgré les tracas économiques étaient son lot.

Il est parti jeudi 15 mai à 6h30 du matin rejoindre notre coccinelle...

Tant d'adversité finisse par nous lasser, l'Homme que j'Aime et moi-même. Mais pas lassés de Nous, ce Nous qui nous tient de jour en jour, qui nous permet de nous serrer les coudes et de savoir que nous avons fait le bon choix de se battre depuis 5 ans pour notre histoire à laquelle personne ou peu croyait.

Accompagné de rouge et de jaune, tu reposes maintenant en paix... Et tu ne souffres plus...

Au revoir papy Claude...


Hemerocallis_rouge_M

Posté par Guenievre et etc à 20:16 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur Quand le patriarche nous laisse...

    Je pense très fort à toi.
    Je t' embrasse.

    Posté par suzanne, samedi 24 mai 2008 à 20:20 | | Répondre
  • Compassion

    Il y a des périodes comme ça, teintées de gris et de noir. Et puis un jour renaît la couleur qui n'avait pas disparu; elle était dessous, ne demandait qu'à rejaillir.
    Je t'offre avec mes condoléances (moi qui n'ai plus ni maman, ni papa et qui souffre de ce manque des années après) tout un bouquet de pensées.
    Oui, l'maour est plus fort que la mort. serrez vous les coudes.
    Anne
    http://quilt007.free.fr

    Posté par Anne, dimanche 25 mai 2008 à 10:05 | | Répondre
  • Toutes mes condoléances. Je te souhaite plein de courage, pour tout. Je t'embrasse fort.

    Posté par caro, lundi 26 mai 2008 à 14:08 | | Répondre
  • la vie est souvent belle mais parfois tellement injuste ... perdre un être cher est une épreuve dans la vie, surtout lorsqu'il s'agit d'un parent. Pour aimer mon papa plus que tout, j'imagine qu'elle doit être votre douleur.
    toutes mes pensées sont pour vous en cet instant d'émotion. Soyez forts et continuer de croire en la vie ... de la haut, il veille sur vous en bien belle compagnie ... j'en suis certaine !!

    toute mon amitié, val.

    Posté par charlotttee, lundi 26 mai 2008 à 19:39 | | Répondre
  • le sort s'acharne... j'ai malheureusement peu de mots face à la douleur et la tristesse mais sache que je pense fort à toi et t'accompagne en pensées.
    Courage

    Posté par Leon & Lola, mardi 27 mai 2008 à 09:43 | | Répondre
  • bon courage à tous les deux, des moments difficiles qui j'espère seront suivis de moments sublimes, c'est malheureusement la vie, moi aussi j'ai perdu mon papa pas facile tous les jours mais la vie continue malgré tout et ils restent pour toujours dans notre coeur

    Posté par domi27120, vendredi 30 mai 2008 à 21:56 | | Répondre
  • C'est aussi très jeune, 61 ans, que mon papa s'en est allé. En trois semaines le cancer nous l'a enlevé.... depuis dix-sept mois il parle avec les anges.

    Laissez le temps au deuil. Il fera son travail et vous apprendrez à vivre avec les doux souvenirs de votre papa.

    Mes prières vous accompagnent.

    Posté par Sirikit, mardi 3 juin 2008 à 16:07 | | Répondre
  • Je ne trouve pas les mots mais je suis de tout coeur avec toi ! Je sais ce que c'est les coups du sort mais à 2 on y arrive...
    Je t'embrasse très fort !
    Et vous souhaite à tout les 2 des moments magiques et merveilleux à venir...

    Posté par Côté arcades, jeudi 12 juin 2008 à 23:34 | | Répondre
  • J'ai lu alors je te laisse un bisou en espérant ton coeur un petit peu cicatrisé même s'il en gardera la blessure. BKcine

    Posté par Joce, lundi 30 juin 2008 à 12:11 | | Répondre
Nouveau commentaire